Les conjonctions

Introduction

Les conjonctions de coordination, de subordination et les locutions conjonctives permettent de relier deux propositions indépendantes ou bien une proposition principale et une proposition subordonnée. L’ordre des mots ne varie pas, on ajoute simplement la conjonction.

Exemple

Christine est en vacances mais son mari est resté à la maison.

Elle passe ses vacances au bord de la mer du Nord parce qu’elle aime la mer.

Elle veut voir le coucher de soleil, c’est pourquoi elle est sur la plage.

Annonce

Les trois catégories de propositions

Une proposition est une phrase ou une partie de phrase dont le noyau est un verbe. Il ne peut pas y avoir de proposition sans un verbe autour duquel elle s’articule. S’il y a deux verbes dans une phrase, il y a donc la plupart du temps deux propositions.

On appelle une phrase ne contenant qu’un seul verbe conjugué une « phrase simple ». Elle forme à elle seule une proposition.
Une phrase contenant deux ou plusieurs verbes conjugués est appelée « phrase complexe ». Elle contient deux ou plusieurs propositions.

On classe les propositions en trois catégories :

  • la proposition indépendante fonctionne de manière autonome. Elle ne dépend d’aucune autre proposition, et aucune ne dépend d’elle.
  • la proposition subordonnée n’est pas autonome. Elle dépend toujours d’une autre proposition, appelée principale, qu’elle vient compléter. Il existe plusieurs types de subordonnées.
  • la proposition principale commande une proposition subordonnée qui la complète.

Les conjonctions de coordination, de subordination et les locutions conjonctives

Les conjonctions de coordination sont mais, ou, et, donc, or, ni, car. Elles permettent de relier deux propositions indépendantes.

Exemple :
Christine est en vacances mais son mari est resté à la maison.la conjonction de coordination mais relie deux propositions indépendantes (Christine est en vacances/son mari est resté à la maison)

Il y a de nombreuses conjonctions de subordination, par exemple : que, comme, lorsque, quand, quoique, si, puisque. Elles permettent de lier une proposition subordonnée circonstancielle à une proposition principale qu’elle complète.

Exemple :

Elle veut voir le coucher de soleil, c’est pourquoi elle est sur la plage.la proposition subordonnée circonstancielle de cause, introduite par c’est pourquoi, complète la proposition principale « Elle veut voir le coucher de soleil ».

Parmi les locutions conjonctives, on trouve afin que, parce que, avant que, bien que, dès que, pour que. Elles permettent, elles aussi, de relier une proposition subordonnée circonstancielle à une proposition principale.

Exemple :

Elle passe ses vacances au bord de la mer du Nord parce qu’elle aime la mer.la proposition subordonnée circonstancielle de cause, introduite par parce que, complète la proposition principale « Elle passe ses vacances au bord de la mer du Nord ».

Les subordonnées circonstancielles complètent une proposition principale. Elles peuvent exprimer :
- la cause
- la conséquence
- le but
- le temps
- l’opposition
- la condition
- la comparaison

Aperçu général

Fonction grammaticaleConjonctions de subordinationIndicatif ou subjonctifExemples

complément d’objet direct
(subordonnée
complétive)

  • que
  • Indicatif dans la plupart des cas
  • Subjonctif :
    - avec une négation
    - avec les verbes qui expriment une possibilité, un doute, un vœu, un sentiment, un regret etc...
  • Je sais qu’elle aime la mer.
  • Elle ne veut pas que nous partions.
  • C'est dommage que les vacances soient si courtes.

complément circonstanciel de cause
(subordonnée
circonstancielle)

  • puisque
  • parce que
  • comme
  • vu que
  • Indicatif
  • Christine aime la mer parce que l’air est agréable.

complément circonstanciel de conséquence
(subordonnée
circonstancielle)

  • de sorte que
  • si bien que
  • c’est pourquoi
  • Indicatif
  • Elle est restée toute la journée à la plage si bien qu’elle a un coup de soleil à présent.

complément circonstanciel de but
(subordonnée
circonstancielle)

  • afin que
  • pour que
  • Subjonctif
  • Elle met de la crème pour que le coup de soleil guérisse.

complément circonstanciel de temps
(subordonnée
circonstancielle)

  • avant que
  • jusqu’à ce que
  • lorsque
  • quand
  • aussitôt que
  • sitôt que
  • dès que
  • après que
  • pendant que
  • tant que
  • Subjonctif pour l’antériorité (l’action de la proposition principale s’est déroulée avant celle de la subordonnée)
  • Indicatif pour la simultanéité et la postériorité (l’action de la proposition principale se déroule en même temps ou après celle de la subordonnée)
  • Elle dit au revoir à la plage avant que nous prenions le train.
  • Dès qu’elle voit un coquillage, elle le met dans sa poche.

complément circonstanciel d’opposition
(subordonnée circonstancielle)

  • quoique
  • tandis que
  • à moins que
  • bien que
  • plutôt que
  • Subjonctif
  • Alors que s’emploie avec l’indicatif
  • Elle nage très vite quoiqu’elle ait mal à la jambe.

complément circonstanciel de manière
(subordonnée circonstancielle)

  • comme
  • de sorte que
  • de façon que
  • ainsi que
  • de même que
  • sans que
  • Indicatif
  • On emploie le subjonctif :
    - lorsque la subordonnée suppose une conséquence irréalisable.
    - après sans que
  • Le soleil brille de sorte que Christine porte des lunettes de soleil.
  • Nous pouvons nous promener avec les enfants sans qu’ils se fatiguent.

Info

On emploie le subjonctif lorsqu’on parle d’actions qui ne se sont pas encore déroulées ou dont la réalisation n’est pas certaine.

Exemple :
Elle sourit pour que tu la prennes en photo.