L’interrogation indirecte

Introduction

L’interrogation indirecte permet d’introduire une question dans une phrase, de rapporter des propos interrogatifs. Elle est souvent introduite, entre autres, par les formules suivantes :

Exemples :
Je ne sais pas …
Il demande …
Je ne comprends pas …
Elle voudrait savoir …
Pouvez-vous me dire … ?
Je ne te dis pas …
Voici …
Voilà …

Passer de l’interrogation directe à l’interrogation indirecte provoque des changements grammaticaux et de ponctuation :
- la subordination par la conjonction si ou par un mot interrogatif (quand, pourquoi, comment, etc.)
- la suppression de la forme interrogative (place des mots, ponctuation)
- des changements de temps et de pronoms personnels

La structure de la question indirecte

La structure de l’interrogation indirecte est différente de l’interrogation directe – le sujet et le verbe ne sont pas intervertis. Le mot interrogatif est donc suivi de la même structure que celle de la phrase affirmative simple : sujet – verbe – complément.

Dans les questions indirectes le sujet est donc précédé du mot interrogatif.

Exemple :
Quand a-t-il du temps ? → Je ne sais pas quand il a du temps.

L’inversion est pourtant fréquente lorsque le sujet est un nom (et non un pronom) et que le verbe n’a pas de complément.

Exemple :
Où est la station de métro ? → Je vais lui demander où est la station de métro.

L’interrogation indirecte avec si

L’interrogation totale (appelant la réponse oui ou non), c’est-à-dire une question sans mot interrogatif, est introduite par si.

Exemple :
Vient-elle demain ? – Il demande si elle vient demain.

Info

Il y a élision de si (s’) devant les pronoms personnels il et ils.

Exemple :
Je ne sais pas s’il est content.

La ponctuation

Lorsqu’il s’agit d’une interrogation indirecte, on supprime le point d’interrogation et on utilise un point à la place de celui-ci. Le point d’interrogation ne reste que si la question indirecte est comprise dans une question directe.

Exemple :
Pouvez-vous me dire comment s’appelle cette rue ?

Transformation – de l’interrogation directe à l’interrogation indirecte

La transformation de l’interrogation directe en interrogation indirecte entraîne des changements grammaticaux  :

  • modification des pronoms
    Exemples  :
    Il demande à sa mère : « As-tu vu l’animatrice de télé ? »
    → Il demande à sa mère si elle a vu l’animatrice de télé.
    Sandrine demande à Paul : « As-tu vu mon parapluie ? »
    → Sandrine demande à Paul s’il a vu son parapluie.
  • modification des verbes. Ici: utilisation de la 3e personne à la place de la 2re personne, concordance des temps (voir ci-dessous)
    Exemple :
    Elle demande à son collègue : « Veux-tu manger à la cantine avec moi ? »
    → Elle demande à son collègue s’il veut manger à la cantine avec elle.
  • modification des marqueurs de temps, si besoin
    Exemple  :
    Il demanda : « Est-elle venue ici hier ? »
    → Il demanda si elle était venue au café le jour précédent.

Concordance des temps

Si le verbe de la phrase introductive est au présent (par exemple il demande), les temps du discours restent les mêmes. Dans certains cas il faut changer la personne du verbe (1re personne → 3e personne).

Exemple  :
Il se demande : « Est-ce que je suis bien habillé ? »
→ Il se demande s’il est bien habillé.

Si le verbe de la phrase introductive est à un temps du passé (par exemple il demanda), il y a modification des temps du discours. Le tableau suivant présente les règles de la concordance des temps  :

Discours direct Discours indirect
Présent Imparfait
Passé composé/passé simple Plus-que-parfait
Imparfait Imparfait/plus-que-parfait
Futur simple Conditionnel présent
Futur antérieur Conditionnel passé
Impératif Subjonctif présent
Conditionnel présent Conditionnel présent
Conditionnel passé Conditionnel passé
Exemples  :
Il a demandé : « Est-ce qu’elle est fachée contre moi ? »
→ Il a demandé si elle était fachée contre lui.
Elle s’est demandée : « Serai-je riche un jour ? »
→ Elle s’est demandée si elle serait riche un jour.