Le plus-que-parfait

Introduction

Le plus-que-parfait est employé dans un récit au passé (en principe à l’imparfait, au passé composé ou au passé simple), pour renvoyer à des faits, situations et actions qui ont eu lieu avant le moment du passé que l’on raconte.

Beispiel

Lors du concours de talents, Louise a joué sans fautes un morceau difficile à la flûte.

Elle avait beaucoup travaillé avant de pouvoir jouer le morceau parfaitement.

Emploi

Le plus-que-parfait indique qu’une action précède une autre action dans le passé.

Exemple :
Elle avait beaucoup travaillé avant de pouvoir jouer le morceau parfaitement.

Formation

On forme le plus-que-parfait avec l’auxiliaire être ou avoir à l’imparfait suivi du participe passé.

Personneavoirêtre
1re personne du singulier j’avais

aimé

fini

vendu

j’étais

parti

partie

partis

parties

2e personne du singulier tu avais tu étais
3e personne du singulier il/elle/on avait il/elle/on était
1re personne du pluriel nous avions nous étions
2e personne du pluriel vous aviez vous étiez
3e personne du pluriel ils/elles avaient ils/elles étaient

Dans les phrases négatives, l’auxiliaire est encadré par les deux termes de la négation (ne … pas, ne … jamais, etc.)

Exemples :
J’avais rigolé. → Je n’avais pas rigolé.
J’étais parti.→ Je n’étais pas parti.

Dans le cas d’un verbe pronominal, la négation encadre le bloc pronom – auxiliaire.

Exemple :
Je ne m’étais pas trompé dans mon calcul.

Avoir ou être ?

Le plus-que-parfait de la majorité des verbes se forme avec avoir. L’auxiliaire être est employé :

  • avec les 14 verbes suivants : naître/mourir, aller/venir, monter/descendre, arriver/partir, entrer/sortir, apparaître, rester, retourner, tomber et leurs formes composées, par exemple : revenir, rentrer, remonter, redescendre, repartir.
    Exemple :
    J’étais parti(e) en vacances en Bretagne.
  • avec les verbes pronominaux.
    Exemple :
    Je m’étais trompé(e) dans mon calcul.

Info

Si les verbes descendre, (r)entrer, (re)monter, rentrer, retourner et sortir sont construits avec un COD, on utilise l’auxiliaire avoir. Cela implique souvent un changement de signification.

Exemple :
À quelle heure étais-tu sorti ce matin-là ? (pas de COD)
mais : Avais-tu sorti les carottes du frigo hier soir ? (sortir quoi ? les carottes → COD)

Participe Passé

Le participe passé des verbes réguliers en -er/-ir/-re est simple à construire :

  • Infinitif en -er – Participe en -é
    Exemple :
    aimer – aimé
  • Infinitif en -ir – Participe en -i
    Exemple :
    finir – fini
  • Infinitif en -re – Participe en -u
    Exemple :
    vendre – vendu

Les formes du participe passé des verbes irréguliers peuvent être apprises par coeur et contrôlées dans la liste des verbes irréguliers.

Accord du participe passé

Le participe passé s’accorde dans certains cas en genre et en nombre :

  • dans le cas des verbes qui construisent leur passé composé avec l’auxiliaire être. Le participe passé s’accorde alors en genre et en nombre avec le sujet de la phrase.
    Exemples :
    Il était allé à l'école de musique.
    Elle était allée à l'école de musique.
    Ils étaient allés à l'école de musique.
    Elles étaient allées à l'école de musique.
  • dans le cas des verbes qui construisent leur passé composé avec l’auxiliaire avoir, lorsque le complément d’objet direct (COD) est placé avant le verbe. Le participe passé s’accorde alors en genre et en nombre avec ce complément d’objet direct. Trois cas sont possibles : le COD peut-être un pronom personnel (me, te, le, la, nous, vous, les), le pronom relatif que ou un nom placé devant le verbe (dans les interrogations et exclamations).
    Exemples :
    Elle avait acheté un tambour. → Elle l'avait acheté.
    Elle avait acheté une flûte. → Elle l'avait achetée.
    Elle avait rencontré d'autres artistes. → Elle les avait rencontrés.
    Son père avait acheté des places ce concert. → Son père les avait achetées.
  • dans le cas des verbes pronominaux – qui construisent toujours leur passé composé avec l’auxiliaire être - lorsque le sujet et le complément d’objet direct (le pronom) sont identiques. Le participe passé s’accorde en général avec le sujet.
    Exemple :
    Nous nous étions levés très tôt.

    Mais il ne s’accorde pas lorsque le verbe est suivi d’un COD.

    Exemple :
    Elle s’était lavé les mains. (Elle s’était lavé quoi ? → les mains)
    mais elle s’était lavée.

    Attention : Le participe passé ne s’accorde jamais avec le complément d’objet indirect (COI).

    Exemple :
    Marie et Laurent s’étaient téléphoné.
    se = complément d’objet indirect (téléphoner à qui ?)

    Les participes passés des verbes suivants ne s’accordent donc jamais : se téléphoner, se parler, se mentir, se plaire (complaire/déplaire), se sourire, se rire, se nuire, se succéder, se suffire, se ressembler, s’en vouloir.

    En cas de doute, on peut utiliser une petite astuce pour savoir si le verbe admet ou non un COI : Il suffit de transformer la phrase en remplaçant le pronom réfléchi par le complément, comme indiqué ci-dessous.

    Exemple :
    Elles s’étaient souri → Elles avaient souri à qui ? = à elles-mêmes

    Le à indique qu’il s’agit d’un COI : il ne faut donc pas accorder le verbe

se rendre compte

Le participe passé de la locution verbale se rendre compte ne s’accorde pas avec le sujet car le mot compte est considéré comme COD du verbe (se rendre quoi ? → compte).

Exemple :
Elle s’était rendu compte de son erreur.

Afficher les commentaires »

Laissez un message