Les points d’exclamation et d’interrogation

Introduction

Le point d’exclamation remplace le point final pour donner à la phrase une force inhabituelle (émotion). On l’utilise après une interjection, une exclamation, l’expression de l’admiration, de l’étonnement, ou encore après un ordre ou un souhait. Le point d’interrogation, quant à lui, est indispensable à la construction de questions directes.

Sommaire

  • Le point d’exclamation
  • Le point d’interrogation
  • Bon à savoir !

Le point d’exclamation

On emploie le point d’exclamation pour donner une force inhabituelle à une phrase : il a une valeur affective et est souvent facultatif. Il vaut mieux éviter de l’utiliser dans les correspondances officielles. En le remplaçant par un simple point final, on supprime l’insistance et l’expression de l’émotion.

Le point d’exclamation se place à la fin :

  • des phrases exclamatives exprimant une grande émotion (surprise, joie, admiration, indignation, étonnement, ironie, colère…)
    Exemples :
    Ce tableau est magnifique ! (admiration)
    Je n’aime pas du tout ce comportement ! (indignation, colère)
    David, c’est toi ! Ça fait des années que je ne t’ai pas vu ! (étonnement et joie)
  • des phrases exprimant l’ordre
    Exemples :
    Allez, mon chien ! Va chercher la balle !
    Ferme les yeux et compte jusqu’à 10 !
    Attends-moi là, je reviens !
  • d’une interpellation

    Exemples :
    Monsieur ! Vous avez oublié votre veste.
    Maman ! Regarde mon beau dessin !
    Samuel ! N’oublie pas de fermer la fenêtre !

Le point d’exclamation après une interjection ou une locution interjective

Les interjections et locutions interjectives (interjections formées de plusieurs mots) doivent presque toujours être suivies d’un point d’exclamation.

Exemples :
Aïe ! je me suis brûlé.
Saperlipopette !
Eh bien ! elle aura fait tout ça pour rien.
Oh non ! un renard a marché sur mes belles fleurs.

Dans le cas de l’interjection, le point d’exclamation n’est pas suivi d’une majuscule mais d’une minuscule.

Le point d’exclamation après un mot isolé

Ce cas est fréquent dans les publicités ou les mises en garde. On fait suivre un mot unique d’un point d’exclamation pour attirer l’attention du lecteur.

Exemples :
Nouveau !
Réduction supplémentaire !
Attention !

On peut aussi placer un point d’exclamation en milieu de phrase lorsqu’il se rapporte à un mot ou un groupe de mots précis, mais il faut alors l’écrire entre parenthèses. Cette technique n’est utilisée que dans la langue courante et dans les textes informels. Elle permet de marquer l’étonnement de l’auteur / du narrateur.

Exemple :
Alice a mis des chaussures jaunes (!) avec sa robe bleue à pois roses.

Titres de livres et gros titres

Le point d’exclamation est parfois employé dans les titres de livres et dans la presse (gros titres).

Exemples :
Motus ! (Jean Amila)
Ils ont marché sur la Lune ! (gros titre)

Le point d’interrogation

Le point d’interrogation est toujours employé à la fin d’une question posée directement, peu importe qu’il s’agisse d’une interrogation partielle ou totale (voir le chapitre consacré à la phrase interrogative). Il indique une intonation montante à l’oral.

Exemples :
Est-ce que tante Jocelyne et oncle Gilles sont déjà partis ?
Tu es sûr ?
Où sont-ils donc allés ?

Parfois, le point d’interrogation est le seul signe qui indique qu’il s’agit bien d’une question.

Exemple :
Louis est parti en vacances. (assertion)
Louis est parti en vacances ? (interrogation)

Mais attention : Il ne faut pas mettre de point d’interrogation après une interrogation indirecte (voir le chapitre consacré à linterrogation indirecte).

Exemple :
Je me demande où ils sont allés.

Le point d’interrogation après un mot unique

Tout comme le point d’exclamation, le point d’interrogation peut être placé après un mot isolé (par exemple : quoi ?) ou en milieu de phrase entre parenthèses s’il se rapporte à un seul mot (dans ce cas, il marque lincertitude du narrateur).

Exemples :
Comment ?
Ah bon ? Tu es sûr ?
Pline le Jeune, né en 61 av. J.-C. (?), a été adopté par son oncle Pline lAncien.

Titres de livres et gros titres

Le point d’interrogation est parfois employé dans les titres de livres et dans les gros titres de presse.

Exemples :
Que faire ? (Lénine)
Quo vadis ? (Henryk Sienkiewicz)
Quelle solution pour lEurope ? (gros titre)

Bon à savoir !

  • Lorsqu’une phrase a un sens exclamatif et interrogatif (forte émotion), on peut combiner point d’interrogation et point d’exclamation.
    Exemple :
    Mais qu’est-ce qui leur a pris ?!
  • Dans le langage courant ou familier, on peut renforcer l’expression évoquée par les points d’exclamation et d’interrogation en les répétant plusieurs fois.
    Exemples :
    J’ai été reçue seconde au concours !!!
    Tu es sûr qu’il lui a dit ça ???