Les propositions subordonnées circonstancielles

Introduction

Les propositions subordonnées circonstancielles sont des propositions subordonnées qui expriment, comme leur nom l’indique, une circonstance. Elles sont introduites par des conjonctions de subordination ou des locutions conjonctives et sont le plus souvent conjuguées à l’indicatif ou au subjonctif. Elles peuvent exprimer la cause, le but, le temps, la condition, etc.

Tu trouveras dans ce chapitre des explications concernant les différents types de propositions circonstancielles classés par ordre alphabétique ainsi que les autres moyens d’exprimer la circonstance en question. Les exercices en bas de page te permettront de tester tes nouvelles connaissances.

But

La subordonnée circonstancielle de but permet d’exprimer un objectif, un résultat souhaité, une intention.

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives :

pour que, afin que, de sorte que, de façon à ce que, de manière à ce que, de peur que… (ne), de crainte que… (ne)
Elles sont toujours suivies du subjonctif.

Exemple :
J’ai fermé les volets pour qu’il ne fasse pas trop chaud dans l’appartement.

Autres moyens d’exprimer le but

Préposition + infinitif
Attention : Lorsque le verbe de la proposition subordonnée a le même sujet que celui de la proposition principale, utiliser cette tournure est obligatoire.

Proposition subordonnée
(sujets différents)
Préposition + infinitif
(même sujet)
pour que pour
afin que afin de
de peur que de peur de
de crainte que de crainte de
de façon que de façon à
de manière que de manière à
Exemple :
Le professeur a écrit son nom au tableau afin que tous les élèves puissent le lire. (= 2 sujets)
Le professeur a mis ses lunettes afin de pouvoir lire son livre. (= 1 sujet)
→ et non : Le professeur a mis ses lunette afin qu’il puisse lire son livre.

Pour/En vue de/De peur de/De crainte de + nom

Exemple :
La majorité des Français sont pour la fermeture de la centrale nucléaire.

Les habitants du village sont pour que la centrale nucléaire ferme.

Cause

La subordonnée circonstancielle de cause permet de donner une explication, la raison de quelque chose.

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives :

parce que, comme, puisque, étant donné que, du fait que, vu que, du moment que, d’autant que
Elles sont toujours suivies de l’indicatif.

Exemple :
Étant donné que je m’entraîne beaucoup, j’ai de grandes chances de gagner le marathon.

Autres moyens d’exprimer la cause

Il est possible de remplacer la proposition subordonnée circonstancielle de cause par d’autres constructions grammaticales.

Remplacement Exemple
car (conjonction de coordination)
en effet (locution adverbiale)
Géraldine est très souple car elle fait beaucoup de yoga.
(remplace : Géraldine est très souple parce qu’elle fait beaucoup de yoga.)
à cause de + nom/pronom
(raison négative)
Nous n’avons pas pu sortir à cause de l’orage.
(remplace : Nous n’avons pas pu sortir vu qu’il y avait de l’orage.)
grâce à + nom/pronom
(raison positive)
Merci pour ton aide ! Grâce à toi, mon ordinateur fonctionne de nouveau parfaitement.
(remplace : Puisque tu l’as réparé, mon ordinateur fonctionne de nouveau parfaitement.)
étant donné/du fait de/compte tenu de/vu + nom Compte tenu de la situation, nous ne pourrons sûrement pas partir en vacances en juillet.
(remplace : Comme la situation est difficile, nous ne pourrons sûrement pas partir en vacances en juillet.)
pour + nom Merci pour ton aide ! Je n’aurais pas pu m’en sortir toute seule.
(remplace : Je te remercie parce que tu m’as aidé.)
par + nom Marie ouvrit la porte par curiosité.
(remplace : Marie ouvrit la porte parce qu’elle était curieuse.)
gérondif (en + participe présent) Isaac Newton a révolutionné le monde scientifique en découvrant la loi de la gravitation.
(remplace : Isaac Newton a révolutionné le monde scientifique parce qu’il a découvert la loi de la gravitation)
participe passé qui se rapporte à un nom/pronom Surpris par l’orage, Daniel et François durent se réfugier sous un abris de bus.
(remplace : Parce qu’ils ont été surpris par l’orage, Daniel et François durent se réfugier sous un abris de bus.)
une subordonnée participiale Le spectacle étant terminé, les gens commencèrent à quitter la salle.Da die Vorstellung zu Ende war, begannen die Leute, den Saal zu verlassen.
(statt: Comme le spectacle était terminé, les gens commencèrent à quitter la salle.)

Concession

La subordonnée circonstancielle de concession exprime une contradiction entre deux faits dépendants l’un de l’autre et indique ainsi qu’une conséquence attendue n’a pas eu lieu.

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives :

  • même si + indicatif
  • quoique, bien que + subjonctif
Exemple :
Bien que tu aies ouvert la fenêtre, il fait toujours aussi chaud dans le bureau.

Autres moyens d’exprimer la concession

Il est possible de remplacer la proposition subordonnée circonstancielle de concession par d’autres constructions grammaticales.

Remplacement Exemple
deux propositions indépendantes reliées par la conjonction de coordination mais Les vacances étaient géniales mais beaucoup trop courtes !
(remplace : Les vacances étaient géniales bien que trop courtes !)
malgré/en dépit de + nom ou pronom Madame Chèvrefeuille est partie se promener malgré l’orage.
(remplace : Madame Chèvrefeuille est partie se promener bien qu’il y ait de l’orage.)
avoir beau + infinitif* Marek a beau s’excuser, sa sœur ne veut pas encore lui pardonner ce qu’il a fait.
(remplace : Bien que Marek s’excuse, sa sœur ne veut pas encore lui pardonner ce qu’il a fait.)
mots de liaison : quand même, tout de même, pourtant, cependant, néanmoins, toutefois, pour autant Les billets de train étaient très chers, pourtant je les ai achetés trois mois à l’avance.
(remplace : Les billets de train étaient très chers bien que je les ai achetés trois mois à l’avance.)
tout + gérondif Il a choisi de travailler pour cette entreprise tout en sachant qu’il ne serait pas bien payé.
(remplace : Il a choisi de travailler pour cette entreprise bien qu’il sût qu’il ne serait pas bien payé.)

* avoir beau + infinitif : toujours placé en tête de phrase

Condition

La proposition subordonnée circonstancielle de condition indique qu’une action ne peut être réalisée que sous certaines conditions.

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives :

  • si, dans la mesure où + indicatif
  • à condition que, pourvu que + subjonctif
  • au cas où + conditionnel

Les propositions conditionnelles peuvent exprimer une condition réelle ou bien une condition irréelle, les temps verbaux seront différents selon le type de condition.

Exemple :
Si j’avais beaucoup d’argent, j’achèterais une grande maison au bord de la mer.

Autres moyens d’exprimer la condition

Il est possible de remplacer la proposition subordonnée conditionnelle par d’autres constructions grammaticales.

Remplacement Exemple
à condition de/à moins de + infinitif Tu deviendras un bon violoniste à condition de t’entraîner tous les jours.
(remplace : Tu deviendras un bon violoniste si tu t’entraînes tous les jours.)
en cas de/avec/sans + nom Sans carte de la région, vous allez vous perdre. Achetez-en une avant de partir en randonnée.
(remplace : Si vous n’avez pas de carte la région, vous allez vous perdre.)
gérondif (en + participe présent) Daniel perdrait facilement du poids en mangeant moins de chocolat et plus de fruits et de légumes.
(remplace : Daniel perdrait facilement du poids s’il mangeait moins de chocolat et plus de fruits et de légumes.)
un adjectif ou un participe passé seul* Bien expliquées, les règles de grammaire ne paraissent plus si compliquées.
(remplace : Si elles sont bien expliquées, les règles de grammaire ne paraissent plus si compliquées.)
juxtaposition**
Les deux verbes sont au conditionnel.
Nous n’aurions pas loupés le bus, nous serions arrivés à l’heure.
(remplace : Si nous n’avions pas loupé le bus, nous serions arrivés à l’heure.)
sinon (= si … ne pas) Va te coucher, sinon tu seras fatigué demain.
(remplace : Si tu ne vas pas te coucher, tu seras fatigué demain.)

* un adjectif ou un participe passé seul : la conjonction de subordination si et le verbe être sont omis.
** juxtaposition : deux propositions indépendantes sont reliées par une virgule ou un point-virgule.

Conséquence

La subordonnée circonstancielle de conséquence exprime ce qui résulte de quelque chose.

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives :

  • si bien que, de sorte que, de façon que, au point que, si/tant/tellement… que + indicatif
  • assez/trop… pour que + subjonctif
Exemple :
Mathilde a passé plusieurs heures devant l’ordinateur sans faire de pause, si bien que ses yeux sont maintenant tout rouges.

Autres moyens d’exprimer la conséquence

Il est possible de remplacer la proposition subordonnée circonstancielle de conséquence par d’autres constructions grammaticales.

Remplacement Exemple
assez/trop… pour + infinitif* Jules est assez fort pour soulever cette armoire.
(remplace : Jules est très fort ; il peut donc soulever cette armoire.)
Mots de liaison : donc, alors, c’est pourquoi, ainsi, comme ça, d’où, de là Il pleuvait trop pour aller au travail à vélo, j’ai donc pris le bus.
(remplace : Il pleuvait trop pour aller au travail à vélo, si bien que j’ai pris le bus.)
juxtaposition** Cet immeuble tombe en ruine ; il est interdit de s’en approcher.
(remplace : Cet immeuble tombe en ruine, il est donc interdit de s’en approcher.)

* assez/trop… pour + infinitif : Lorsque le verbe de la proposition subordonnée a le même sujet que celui de la proposition principale, utiliser cette tournure est obligatoire.

** juxtaposition : deux propositions indépendantes sont reliées par une virgule ou un point-virgule.

Opposition

La proposition subordonnée circonstancielle d’opposition permet d’exprimer une différence entre deux êtres, choses, situations ou idées opposés.

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives :

  • alors que, tandis que + Indicatif
  • sans que + Subjonctif
Exemple :
Ces chaussures sont de mauvaise qualité tandis que celles-ci sont comme neuves après cinq ans.

Autres moyens d’exprimer l’opposition

Il est possible de remplacer la proposition subordonnée circonstancielle d’opposition par d’autres constructions grammaticales.

Remplacement Exemple
contrairement à + nom/pronom Contrairement à Sylvain, je ne suis pas végétarien.
(remplace : Je ne suis pas végétarien alors que Sylvain l’est.)
au lieu de/loin de + infinitif* Juliette regarde la télé au lieu d’aider sa petite sœur à faire ses devoirs.
(remplace : Juliette regarde la télé alors qu’elle devrait aider sa petite sœur à faire ses devoirs.)
mais (conjonction de coordination) Appeler s’écrit avec deux p mais épeler s’écrit avec un seul p.
(remplace : Appeler s’écrit avec deux p tandis qu’épeler s’écrit avec un seul p.)
en fait (locution adverbiale) Je pensais que mon chat s’était perdu ; en fait, il était chez mes voisins.
(remplace : Je pensais que mon chat s’était perdu, alors qu’il était chez mes voisins.)
par contre/au contraire/en revanche (locutions adverbiales) Hugo n’aime pas trop les mathématiques, par contre il adore la biologie.
(remplace : Hugo n’aime pas trop les mathématiques, alors qu’il adore la biologie.)

*au lieu de/loin de + infinitif : l’infinitif et le verbe conjugué ont le même sujet.
(Loin de est employé dans le langage soutenu.)

Temps

La subordonnée circonstancielle de temps permet d’indiquer une donnée temporelle (simultanéité, antériorité, postériorité, etc.).

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives :

  • quand, lorsque, au moment où, pendant que, après que, depuis que + indicatif
  • avant que, jusqu’à ce que, en attendant que + subjonctif
Exemple :
Tout le monde a applaudi lorsque la chanteuse est montée sur la scène.

Autres moyens d’exprimer le temps

Préposition + nom

Conjonction de subordination Préposition + nom
quand, lorsque à, lors de
dès que, aussitôt que dès
après que après
au moment où au moment de
pendant que pendant
au fur et à mesure que au fur et à mesure de
depuis que depuis
avant que avant
jusqu’à ce que jusqu’à
en attendant que en attendant
Exemple :
Les hirondelles volent bas à l’approche de l’orage.

= Les hirondelles volent bas lorsque l’orage approche.

Préposition + infinitif
Attention : Lorsque le verbe de la proposition subordonnée a le même sujet que celui de la proposition principale, utiliser cette tournure est obligatoire.

Conjonctions de subordination
(sujets différents)
Préposition + infinitif
(même sujet)
après que après + infinitif passé
au moment où au moment de
avant que avant de
en attendant que en attendant de
le temps que le temps de
Exemple :
Pense à éteindre ton ordinateur avant de quitter le bureau.
→ et non : Pense à éteindre ton ordinateur avant que tu quittes le bureau.

Gérondif (en + participe présent) seulement lorsqu’il a le même sujet que le verbe principal.
Le gérondif permet d’exprimer la simultanéité de deux actions.

Exemple :
Christine fait la vaisselle en chantant.

= Christine chante pendant qu’elle fait la vaisselle.

Une proposition participiale. Le verbe de la participiale peut être au participe présent, au participe passé ou au participe composé, ce qui permet d’exprimer la simultanéité ou l’antériorité.

Exemple :
Le cours terminé, les élèves sortirent de la classe.

= Après que le cours fut terminé, les élèves sortirent de la classe.

Ordre des propositions

En français, la proposition principale se trouve généralement en tête de phrase, suivie par la proposition subordonnée.

Exemple :
Fiona n’aurait pas pu faire son gâteau si elle n’avait pas acheté de lait.

On peut aussi choisir de mettre en avant la proposition subordonnée, on la placera alors en tête de phrase, avant la proposition principale. Dans ce cas, les deux propositions doivent être séparées par une virgule. On utilise surtout cette structure de phrase avec les propositions subordonnées de concession et de condition.

Exemple :
Si elle n’avait pas acheté de lait, Fiona n’aurait pas pu faire son gâteau.